Ethanol : quel impact sur l’automobile et quel avenir ?

En ce temps de mécontentement à cause du prix de carburant qui ne cesse d’augmenter, l’éthanol attire de plus en plus les grandes entreprises de construction automobile dans le monde et effectivement les usagers ou plus précisément les automobilistes. Pour information, il s’agit d’un carburant à base de bioéthanol à 85 %, vendu à un prix moins cher sur le marché.

Biocarburant Éthanol : de quoi s’agit-il ?

L’E85, communément connu sous le nom de l’Éthanol est un carburant fabriqué principalement à base de bioéthanol. Il s’agit en général d’une alternative idéale au pétrole qui commence à s’épuiser dans les ressources naturelles. Ce carburant bio est vendu trois fois moins cher que les carburants non renouvelables. De ce fait, les automobilistes souhaitent désormais rouler à l’éthanol pour faire de l’économie dans leur déplacement quotidien. Par ailleurs, même si la majorité des grands constructeurs de voiture se lancent sur le marché des voitures électriques, certains d’entre eux essayent de trouver des solutions plus efficaces afin de développer la fabrication de plusieurs modèles de véhicules qui fonctionnent avec du biocarburant Éthanol.

L’impact de l’éthanol sur l’automobile

Le biocarburant E85 ne présente aucun risque pour l’automobile. Cependant, les voitures ayant un modèle de réservoir pour les carburants synthétiques doivent utiliser des kits spécialisés pour pouvoir rouler à l’éthanol. D’où l’augmentation remarquable de la vente de kits éthanol sur le marché. Ces équipements permettent en effet de convertir la voiture essence ou diésel à ce précieux biocarburant. Dans la majeure partie des cas, le bioéthanol qu’on trouve sur les stations de service est un produit élaboré à partir de la culture agricole du blé, du maïs, de la betterave, etc.  

L’impact du bioéthanol sur l’environnement

Le biocarburant à base d’Éthanol est un produit bon pour l’environnement. Ceux qui sont fabriqués à partir de cultures agricoles destinées à l’alimentation comme les huiles, de soja, de colza, de palme ou de tournesol sont utilisés pour le biodiesel. Par contre, la betterave, la canne à sucre, le blé ou encore le maïs sont utilisés pour le bioéthanol. Quel que soit le type du biocarburant, l’objectif reste la même. En effet, rouler à l’éthanol permet de réduire les émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère par rapport aux carburants synthétiques non biodégradables. À la sortie du pot d’échappement, l’utilisation de ce type de fioul permet notamment de réduire de 5 % les émissions de co2. Sur l’ensemble du processus de production du biocarburant, la baisse est estimée à 70 %. D’autant plus qu’une partie du dioxyde de carbone dégagée lors de la fabrication de ce bioéthanol est équilibrée par le C02 absorbé par les cultures des matières premières.

Comment laver sa voiture sans polluer ?
Les économiseurs de carburant : est-ce vraiment efficace ?